Compte rendu marathon La Rochelle 2011

Publié le par juliencottinrunning

Bizarrement je me sens un peu molasson à l'échauffement... pas vraiment envie de courir.... sûrement un reste de mon week-end passé au village du marathon. En même temps je ne suis pas anxieux, ni stressé, juste zen comme si j'allais faire une simple séance. "Faut te réveiller mon petit gars ! C'est le point d'orgue de ta saison !"

J'arrive sur la ligne juste avant le coup de pétard. Je n'ai pas eu le temps de voir mes compagnons de route pour savoir où me situer dans le peloton. Pan ! Je pars et au bout de quelques hectomètres je me retrouve au côté de Benjamin Grenetier (AS St Junien) et de Victor Rogovoy (UKR)... décidemment on s'aime bien avec l'ukrainien. A chaque marathon on fait un bout de route ensemble. Nous sommes juste derrière le duo Prihotko (UKR) Joussemet (Nantes). Je passe en 3'17 au 1er Km... houlà je décide de ralentir l'allure car j'ai envie de le finir ce marathon. J'échange quelques mots avec Benjamin. il préfère continuer sur ce train et rejoint Prihotko et Joussemet. Je me retrouve avec Rogovoy et nous nous laissons distancer par le trio. Au 2nd kilomètre je trouve que l'allure est un peu faible et je relance. Du coup je décroche Rogovoy et me retrouve seul. C'est un peu tôt mais bon j'analyse la situtation de la façon suivante : je n'ai pas envie de rejoindre le groupe de devant pour ne pas me griller et je ne veux pas perdre trop de temps à attendre Rogovoy... donc je continue seul à mon rythme, j'assume mon choix, je ferme ma gueule et j'arrête de me plaindre !

Fort de mon analyse pertinante, je trace ma route en contrôlant tous mes kilos : 3'25"... 3'26" houlà je suis bien rapide ! je me relâche un peu pour me décontracter, souffler et ne pas me griller : 3'24"... 3'24" et bah ça tourne aujourd'hui ! Seul je n'ai rien d'autre à faire que de regarder ce qu'il se passe dans le groupe de devant : Maroufi, parti, comme à son habitude, avec les africains décroche pour intégrer le trio Prihotko-Joussemet-Grenetier. Le limousin décide de fausser compagnie à ce petit monde pour un long raid solitaire.  A partir de la place de Verdun je remarque que mètre par mètre je commence à refaire mon retard sur le groupe. Cette impression se confirme en revenant sur le vieux port. Devant l'espace Encan je ne suis plus qu'à une trentaine de mètre du groupe... quand Mounir au bout du parking met le clignotant... Je lui lâche quelques mots pour l'insiter à repartir mais rien n'y fait. Je rejoins le groupe juste avant de passer devant le stand d'Aigrefeuille. C'est la grosse bronca ! ! ! Houaaah ça fait chaud au coeur et du bien aux jambes ! Sur la boucle des Minimes je décide de me mettre derrière le triathlète nantais car un gaillard grand et large comme ça constitue un abri idéal. C'est sage certe mais le problème c'est que je trouve que ça n'avance pas terrible. Je temporise un peu avant de me décider mais finalement au bout d'un ou deux kilomètmara-LR.jpgres je prends les rennes du groupe pour rapidement me retrouver seul.

Passage au semi en 1h12'21" c'est rapide mais je ne suis pas entamé et je contrôle bien mon allure : le kilomètre qui inclue la montée du mail est avalé en 3'30". Sur la route de la plaine des jeux je tourne en 3'25"... ça continue ainsi seul, sans personne. Je suis bien, en phase avec moi-même, concentré sur mon effort. Je soigne mes ravitaillements. A l'approche de la place de Verdun j''apperçois un grand Kenyan... je fonds sur lui et je suis tout excité : "c'est pas vrai que je vais me taper un Kenyan !". Mais ma joie va être de courte durée quand je lis "Pace 30" sur son dossard... mouarfff c'est le lièvre du 30km qui rentre en footing une fois son job accompli... quel couillon je fais... penser que je pouvais me taper un Kenyan. Au moins ça m'aura diverti un peu car là c'est la misère, personne devant et derrière. A la fin du boulevard Cognehors on me glisse l'info que Benjamin Grenetier est cuit et que je reviens sur lui. Cette nouvelle me revigore, je le cherche mais je ne l'ai toujours pas en visuel. Enfin, il apparait dans mon viseur au bout du canal sur le vieux port. L'écart s'amenuise au fil des mètres et je fais la jonction après le raidillon du rond point de la rue de Roux. Il est littéralement scotché au bitume. Trés sportivement il trouve les ressources pour me glisser un mot d'encouragement. La classe. Il me reste à terminer le tour des Minimes. J'ai le sentiment de faire un super truc mais en même temps j'ai la crainte de tout perdre sur une crampe.... se relâcher, se relâcher tout en envoyant le pâté... se relâcher, se relâcher tout en envoyant le pâté, voilà la pensée qui ne va pas me quitter sur cet interminable tour de Minimes. Je pars à l'abordage de la borne 40 en serrant les dents... retour sur l'epace Encan... dernier kilomètre... rapide coup d'oeil sur le chrono et je réalise que c'est tout bon... gorge serrée... cris du public... putain que c'est bon... quai Dupperé... cris du public... cours des dames... je pousse sur les jambes, j'apperçois mon Jacouille qui me gueule dessus... les pavés... les 2 tours et ce putain de tapis bleu que j'adore... le chrono indique 2h25 !  je léve les bras... c'est fini... c'est le pied... que c'est bon le marathon ! ! !

 

Distance en km Temps Ecart Rythme min/km
Par intervalle
5 00:17:05   00:03:24
10 00:34:08 00:17:03 00:03:24
15 00:51:12 00:17:03 00:03:24
Semi 01:12:21 00:21:08 00:03:26
25 01:25:41 00:13:20 00:03:25
30 01:43:10 00:17:29 00:03:26
35 02:00:23 00:17:12 00:03:26
Arrivée 02:25:40 00:25:17 00:03:28

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sport aventure 07/06/2012 11:46

Felicitations a tous !

Explore Your Limits, la communauté du Sport Outdoor
http://www.exploreyourlimits.com

Anthony P 28/02/2012 12:48

Bonjour Julien. Félicitation pour ton marathon.

Je me prépare pour un marathon et j'aurais aimé connaitre ton %FC max au différents temps intermédiaires. (km 5,10,15...) .

Mon premier marathon j'avais commencé à 86%, 90% au 20 et 92% sur le finish. Je me demandais si je ne pouvais pas commencer plus haut... (mon temps de référence 2h30).

Merci d avance

juliencottinrunning 24/04/2012 16:40



Houlà je ne cours pas au cardio mais en fonction des allures prédéterminées et validées lors d'entraînement tests... Don je ne sais même pas à combien de puls je suis :(



Baldo 23/12/2011 13:07

Emouvant ton récit du marathon surtout quand on sait ce qui se cache derrière la préparation d'un tel événement pour toi et tes proches. En bref cela valait le coup de sauter les huitres de st
martin de re debut novembre.

On vous aime.

PS : peux_tu nous donner le raccourci pour voir le reportage de france3 sur le marathon ou ton interview (post course)

Baldo

© Fred 23/12/2011 10:54

En relisant, je trouve que tu ressembles à mon frère d'un point de vue courage et combativité. J'ai écrit récemment un article sur lui que je t'invite à lire :
http://fredrun.over-blog.fr/article-mon-frere-ce-heros-92599137.html

a++
fred

Adrien 20/12/2011 17:23

Merci pour tes conseils, c'est sympa ! J'écrase souvent les tibias au rouleau, c'est ce qui me fait le plus de bien après un ou deux jours de repos.